Art graphique sur les monuments communistes – le Vox populi de la jeunesse bulgare

« Bas les mains de l’Ukraine ! » un graffiti rose fluo réveille en cette aube du 2 mars le monument à l’armée soviétique de Sofia. La jeunesse bulgare a adopté une nouvelle manière d’exprimer son opinion, publiquement, à travers la coloration des monuments hérités de l’époque communiste.

En novembre 2014, la Bulgarie entamera sa vingt-quatrième année de transition. Contrairement au graffiti, le bilan n’est rose : division sociale forte, appauvrissement persistant, politique oligarchique, corruption, manque de transparence pendant les scrutins. Deux millions de Bulgares ont choisi de quitter leur patrie ces vingt dernières années.

Depuis avril 2013, la contestation a pris de l’ampleur et les Bulgares descendent dans la rue. Pourtant, malgré une centaine de jours de manifestations, le pouvoir reste sourd.

Face à une telle impasse, les jeunes manifestants ont entrepris une approche différente pour être entendus –créative et en même temps anonyme. Les monuments communistes au centre-ville de la capitale sont transformés en vraies œuvres d’art, avec des slogans sur l’actualité ou en caricaturant des statues des soldats de l’armée rouge en personnages typique du monde capitaliste. Les artistes restent toujours anonymes et dessinent pendant la nuit, ce qui rend leur identification quasi-impossible.

Crédit photo : Wikipedia/CC/Ignat Ignev

Crédit photo : Wikipedia/CC/Ignat Ignev

Le dernier maquillage de monument a eu lieu le 2 mars, à propos de la situation tendue en Ukraine et de ses échos dans la société bulgare. Les graffeurs ont habillé un des soldats du monument des couleurs du drapeau ukrainien, accompagné du message « Gloire à l’Ukraine ». Cet acte n’a pas resté inaperçu du Kremlin et le ministère des affaires étrangères bulgare a reçu une note de la part de ses collègues russes, critiquant les dessins et en demandant au gouvernement bulgare d’agir contre ce type de vandalisme. Face à la forte critique de la part de la Russie, le monument a été repeint dans ses couleurs originales, mais quelques semaines après, les statues des soldats de l’armée rouge se sont réveillés, munis d’un message encore plus provocateur, réclamant l’unité du territoire ukrainien. Un des messages originaux du monument, insistant sur la gloire et la majesté de l’armée rouge,« libératrice et frère de la nation bulgare », s’est retrouvé barré en rouge par les artistes anonymes.

Gloire à l'Ukraine Crédit photo : Wikipedia/CC/Vassia Atanassova - Spiritia

Gloire à l’Ukraine
Crédit photo : Wikipedia/CC/Vassia Atanassova – Spiritia

Unité pour l'Ukraine Crédit photo : Wikipedia/CC/Luchesar V. ILIEV

Unité pour l’Ukraine
Crédit photo : Wikipedia/CC/Luchesar V. ILIEV

Une population bienveillante

Les Bulgares restent divisés sur ce phénomène. Les artistes sont qualifiés de « hippies » ou de « rebelles » bulgares, mais sans être condamnés puisque leurs actes expriment une opinion répandue dans la société. De plus, beaucoup de Bulgares jugent ces monuments inesthétiques, mal entretenus et sans charme, attirant seulement les marginaux. Certains ont même demandé qu’ils soient détruits. D’autres y voient le témoignage de l’histoire du pays, qui parfois nourrit la nostalgie, surtout chez les personnes âgées. Pour eux, l’appropriation des monuments par les contestataires est un acte de vandalisme extrême.

L’autre voix du pays

Bulharsko se omlouva, la Bulgarie s'excuse Crédit photo : Wikipedia/CC/Ignat Ignev

Bulharsko se omlouva, la Bulgarie s’excuse
Crédit photo : Wikipedia/CC/Ignat Ignev

Les slogans sur les monuments soulignent souvent les questions qui agitent le pays et lui servent de conscience. Pour preuve, le message « La Bulgarie s’excuse », paru sur le monument le jour de la quarante-cinquième commémoration du printemps de Prague en août 2013. Les auteurs, inconnus, ont présenté leurs excuses pour la participation des soldats bulgares dans l’intervention miliaire en Tchécoslovaquie. Ce que l’Etat bulgare n’a jamais fait officiellement. De nombreux sites internet ukrainiens ont remercié les graffeurs pour le soutien moral des Bulgares qui ne restent pas insensibles aux événements de Crimée, prouvant la portée de cette contestation colorée et pacifique.

Alexander Atanasov

Publicités

From Kosovo to Crimea: double standards?

The declaration of Russian President Vladimir Putin comparing Crimea’s and Kosovo’s secession provoked loud reactions in the Balkans, but on the West as well. By accusing the West for hypocrisy, Putin revived the topic of Kosovo and the question of its legitimacy. The US and the EU strongly deny this comparison. 

Two territories proclaiming independency, two different reactions of the international community, but also two different circumstances and countries leaning behind their back. What are the similarities and differences between Kosovo and Crimea that make them so controversial?

Historical context

Kosovo is referred to by many Serbs as the “heart of Serbia”.  However, with the establishment of Yugoslavia, the communist president Tito designed Kosovo as an autonomous territory in 1974. This lead to the further development: more Albanians immigrated and progressively formed a majority in Kosovo.  The majority of Kosovo Albanians created the basis for further protests and requests for more autonomy and finally independency.

Twenty years earlier, Crimea also faced changes. In 1954, the General Secretary of the Communist Party, Nikita Khrushchev, transferred Crimea from the Russian Soviet Federative Socialist Republic to the Ukrainian Soviet Socialist Republic as a « symbolic gesture, » marking the 300th anniversary of Ukraine becoming a part of the Russian Empire. With the collapse of the Soviet Union, Crimea became part of the newly independent Ukraine.

Events leading to the separations

Instability in Kosovo because of conflicts between Albanian para-military guerilla and the Serbian military army in 1999, made the international forces intervene. After unsuccessful negotiations in Rambouillet, NATO decided to initiate a bombing campaign targeting Serbia and start a military intervention in Kosovo. It ended with the UN Security Council Resolution 1244 which guaranteed the territorial integrity of Yugoslavia and the presence of international forces in Kosovo.

The anti-governmental crises that started in November 2013 made the circumstances favorable for Crimea to declare its separation from Ukraine. The president Viktor Yanukovych refused to sign with the EU an association agreement which provoked mass demonstrations. Yanukovych left the country and a new government was put in place, supported by the West, instead of the one democratically chose. Moreover, the Russian military intervention in Crimea only made the situation more intense.

Referendums in Kosovo and Crimea: reactions today and before

The Assembly of Kosovo led by Kosovo Albanians declared independency in 2008. This was not accepted by the Serbian government (supported by Russia) while the International Court of Justice determined that the declaration did not violate international law. It was a unilateral decision accepted by some countries of the EU and by some not. In that moment journalists from all over the world presented the picture of a population “crying out of joy for finally obtaining independency”. However, minorities in Kosovo, among them Serbs living surrounded by international protection forces-KFOR, were very scared and worried, feeling excluded and without any possibilities to express their views.

The media does not present today this picture of happiness in Crimea. The referendum held on March 17 was declared illegitimate by the EU and the US. Russian president, Vladimir Putin, accused this as double standards of the western countries. “It’s beyond double standards,” Putin said. “It’s a kind of baffling, primitive and blatant cynicism. One can’t just twist things to fit his interests, to call something white on one day and black on the next one”.  He added that this disregard to rule of law was evident in Yugoslavia in 1999, when NATO bombed the country without a UN Security Council mandate. EU and the US replied that Crimea cannot be compared with Kosovo.

Why can’t we compare Kosovo and Crimea?

Meanwhile, the German chancellor Angela Merkel declared: « In my opinion it is shameful to compare Crimea to Kosovo. And even if there had been other breaches of international law – Kosovo not being one of them – Russia’s actions in Ukraine are still a breach of international law ». The West stresses that the Kosovo declaration did not involve military pressure or a government overthrow, and more importantly, Kosovo separatists have sought independence rather than union with another state. Furthermore, no aggression has been established over the Russian citizens in Crimea. Even though Crimea’s population is almost the same size as Kosovo’s, we have to take into consideration the size of Serbia compared to Ukraine.

On the other hand, other countries are accusing the US and EU for double standards. Argentina’s president Cristina Fernandez compared the referendum in Crimea to last year’s referendum by Falkland Islanders to remain a British territory. The referendum was unopposed by the US. « We either respect the same principles for all, or we live in a world without law, where the most powerful get their way, » Fernandez told journalists.

Geo-political and military strategies under the surface

Whether it is the question of Western or Eastern responsibility, both sides have clearly strategic interests in their moves. Gerhard Schroder, former German chancellor during the bombing of Yugoslavia in 1999, recently admitted that the EU was then consciously deteriorating international law. The US established a military base in Kosovo- camp Bondsteel, the main base of the US Army under KFOR command. On the other hand, Crimea is also a most profitable base for Russia because of its good position from which the Black Sea Fleet can set sail for the Mediterranean. By annexing Ukrainian land on the Black Sea coast, Putin also annexes the rights to any hydrocarbons found in its maritime zones.

Big players seem to be able to avoid the rules by hiding beneath their propaganda of protection of citizens, while no real stability is given to the people. The further decline in the reputation of international diplomacy can be avoided only by economic interests of a non-military industry.

Milica Cokic

La crise en Ukraine agite la stabilité des Balkans

Les tensions entre communautés en Ukraine rappellent des souvenirs amers dans les Balkans. Chaque pays réagit différemment aux évènements selon son histoire récente. Petit tour d’horizon.

Manifestation à Kyiv le 1er décembre 2013 Crédit photo : Flickr/CC/Nessa Gnatoush

Manifestation à Kyiv le 1er décembre 2013
Crédit photo : Flickr/CC/Nessa Gnatoush

Depuis novembre 2012, l’Ukraine est secouée par des manifestations pro-européennes. Le 22 février, le président Ianoukovytch a été destitué. Le nouveau gouvernement n’est pas reconnu par la Russie. Ce grand voisin provoque et attise même un mouvement d’indépendance en Crimée, région d’Ukraine peuplée en majorité de Russes et ancienne province russe.

Le soutien de la Serbie

Le 3 mars dernier, une manifestation pro-russe a eu lieu à Belgrade. Le soutien serbe au rattachement de la Crimée à la Russie, s’explique par la similitude de ce combat avec celui mené par Belgrade pour le Kosovo. L’analogie entre les deux conflits va loin : l’arbitrage de l’Occident est largement dénoncé. En effet, c’est la Communauté internationale, en particulier les Etats-Unis et des Etats membres de l’Union européenne, qui ont forcé le retrait des forces serbes du Kosovo en 1999. Quinze ans après, l’OTAN s’implique en Crimée sans l’accord des Nations-Unies, impossible à cause du veto de la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité. La déclaration d’indépendance de la Crimée, adoptée à Sébastopol le 11 mars, fait, de plus, explicitement référence au Kosovo.

En Bosnie-Herzégovine, le président de la République Srpska, Milorad Dodik, reconnaît que le référendum en Crimée pourrait être un « modèle » pour son entité, une des trois composants le pays. Mais, paradoxalement, il réaffirme que l’indépendance du Kosovo, quant à elle, n’était pas légitime. Selon lui, les situations sont différentes car il n’y a pas eu de référendum au Kosovo et qu’en Ukraine, la population russe a été victime de discriminations de la part de Kiev. Le droit des minorités n’aurait pas été respecté. D’ailleurs, le russe n’est, entre autre, plus considéré comme langue officielle depuis le 24 février dernier.

La peur de l’Albanie

Dans les autres pays balkaniques, le soutien se porte plutôt vers le mouvement ukrainien pro-européen Euromaïdan. Au Kosovo, les Kosovars albanais s’identifient dans le même combat pour la liberté contre l’opprimant. A Sarajevo, parmi les Bosniaques, le parallèle est fait avec l’occupation de la Bosnie au moment de la guerre, justifiée par la protection des Serbes.

Certains parlementaires albanais s’inquiètent de l’expansion russe, acteur important de la région, qui  pourrait briser la paix et la stabilité relatives des Balkans. « Cela pourrait avoir des conséquences dans les Balkans car c’est clair que la Serbie pourrait changer son approche dans le nouveau contexte si l’expansion russe continue », a déclaré Ben Blushi, député socialiste.

Barbara Charvot