Le rock des 70-80’s, un chant politique

Please don’t stop the music!

De retour sur les routes des années rock des 70-80’s, les groupes de cette époque vont plus loin que de présenter une jeunesse optimale, ils chantent fièrement les couleurs et les principes de la Yougoslavie politique. Cela s’explique par le fait que les groupes rock, culturellement très différents en leur sein, ont existé grâce au cadre yougoslave. Les chansons fêtent la fédération, sa puissance et son unité.

Bijelo Dugme – Pljuni i zapjevaj moja Jugoslavijo:   

Encore et toujours le fameux “bouton blanc”. La chanson ci-dessus, “Crache et chante ma Yougoslavie” est quasiment une hymne à la fédération. Celle-ci représente pour les chanteurs et les générations des 70-80’s une grande patrie familiale qu’ils sont prêts à défendre : « Yougoslavie, sur pieds, chante pour qu’on t’entende – Ceux qui n’écoutent pas la chanson, écouteront la tempête ».

Elekticni Orgazam: Igra rokenrol cela Jugoslavija :

Ce groupe serbe “Orgasme électrique”, plus que très marquant sur la scène de la SFRJ, forme une véritable action rock en soi. Ce hit date de la fin des années 80, moment où la Yougoslavie est en pleine décomposition. “Toute la Yougoslavie danse le rock’n’roll” essaye de porter encore fièrement les couleurs de cette fédération qui ne fait que pâlir. Encore aujourd’hui, elle est synonyme de victoire yougoslave, sachant que cette chanson a bercé les victoires sportives de la SFRJ telles que celles au Basket-ball. Après la victoire de Djokovic, en 2011 à Wimbledon, il a été accueilli par ces paroles-ci.

Rani Mraz – Racunajte na nas :

Très brièvement, voici le groupe rock “officiel” du président Tito. Cette chanson a été écrite en son honneur et était souvent “The” chanson des journées de la jeunesse. “Compter sur nous”, est l’hymne de l’engagement titiste : “Mais la vie  devant nous, nous cache encore des combats […] Je sais qu’il nous attend encore des offensives parce que nous devons protéger la paix. Comptez sur nous. […] Dans nos veines coule le sang partisan, et nous savons pourquoi nous sommes là”.

La mise à mort de la Yougoslavie s’accompagne de la décomposition des groupes rock. De nouveaux courants musicaux naissent dans les 90’s, dont les chansons sont les porte-paroles d’une nouvelle réalité dans les pays balkaniques.

Andrea Sekularac

Les années 70-80’s: «Igra Rokenrol cela Jugoslavija»

Pour la plupart des connaisseurs, cette période représente l’âge d’or de la musique. Le rock balkanique peut être divisé en deux catégories qui expliquent son existence pendant ces années-là.

1) Jeunesse et Amour: Les jeunes dans la Yougoslavie de Tito bénéficiaient d’une belle jeunesse. La région et le système permettaient d’aller en vacances à la montagne et à la mer, de faire la fête et de tomber amoureux de n’importe quelle sous-nationalité yougoslave. C’est une des périodes les plus romantiques, et qui a enfanté des textes sincères, réalistes, touchants et surtout communs à tout le monde. Cette musique est encore et toujours écoutée, et est une étape obligatoire dans l’adolescence d’un balkanique. 

Bijelo Dugme, « Bouton blanc », fondé en 1974 à Sarajevo par Goran Bregovic, est un des groupes de musique rock les plus célèbres de l’ex-Yougoslavie.

Azra, fondé à Zagreb en 1977, est un groupe de musique rock yougoslave, qui comme Bijelo Dugme, est l’une des figures principales du rock yougoslave.

Ce qui est intéressant est le fait que ces groupes sont multinationaux en leur sein mais avant tout yougoslave, d’où leur important attachement à la SFRJ de Tito. Beaucoup des chansons de cette période sont vouées à montrer leurs engagements pour la Yougoslavie. Mais cette catégorie constitue le prochain chapitre de ce guide musical.

Andrea Sekularac