Lulzim Pecim, une démission sur fond de normalisation difficile

Le 20 juin dernier, Lulzim Pecim, nouvel officier de liaison kosovar auprès de l’administration serbe à Belgrade, de facto « ambassadeur » du Kosovo, a démissionné deux jours seulement après sa nomination. Valdet Sadiku, actuel ambassadeur du Kosovo en Croatie, pourrait lui succéder.

Les relations entre le Kosovo et la Serbie ont progressé avec une rapidité imprévisible ces derniers mois. Après les accords pour la normalisation des relations entre les deux gouvernements signés en avril dernier, la route pour l’intégration européenne a pris un tournant décisif. Ces bonnes nouvelles ont été bienvenues après le regain de tension lié à l’élection du nouveau gouvernement serbe de coalition et après la crise de la « révolution des rondins » dans la région nord du Kosovo, proche de Mitrovica. Une ultime crispation entre les deux pays est venue lorsque que des hooligans serbes se sont emparés des points de contrôle sur la frontière entre le Kosovo et la Serbie.

Tensions croissantes

S’il semble que les relations sont parties sur de nouvelles bases, cette avancée ne fait pas l’unanimité dans aucun des camps. Le 14 juin dernier, des activistes nationalistes kosovars ont manifesté pour la protection et l’indépendance de la minorité albanaise dans la vallée de Preševo, au sud de la Serbie, qu’ils exigent semblable au statut déterminé par le nouvel accord pour les communautés serbes, dans le nord du Kosovo. La minorité albanaise à Preševo et Bujanovac a également demandé des offices kosovars de liaison au gouvernement de Pristina. Autre voix discordante, dans les rangs serbes cette fois, le réalisateur Emir Kusturica, très influent dans le pays et connu pour des prises de position nationalistes, a décrit ces accords comme une agression envers le peuple serbe dans le quotidien populaire belgradois Blic. A Mitrovica-sud, au Kosovo, une bombe a explosé le 19 juin sur la voiture d’un policier kosovar. Les autorités suspectent avant tout les organisations criminelles présentes dans la ville.

La démission de Lulzim Peci.

Les premiers officiers de liaison entre le Kosovo et la Serbe ont commencé à travailler ce lundi, le 17 Juin sous l’auspice des accords de normalisation à l’établissement d’une ligne diplomatique entre les deux capitales. Dejan Pavićević, l’officier serbe et figure proche du gouvernement, a fait part de ses intentions de coopérer plus particulièrement avec EULEX, la mission européenne de police et justice, et de se fixer comme ligne de conduite les instructions venant de Belgrade. Le kosovar Lulzim Peci a choisi une autre voie : il s’est présenté comme le chef d’une mission diplomatique et a donné des interviews en Serbie en exprimant des opinions contraires à la politique de son gouvernement. Deux jours plus tard, il démissionnait, dénonçant la pression exercée par le Premier ministre Hashim Thaçi. Valdet Sadiku, ambassadeur du Kosovo auprès de la Croatie, est prêt à le remplacer.

Un entretien en tête à tête est prévu entre Thaçi et le premier ministre serbe, Ivica Dacic. Il s’agit d’une étape importante sur la route de la normalisation. Les deux chefs de gouvernement ont tout intérêt à apaiser les partisans nationalistes, qui paradoxalement, font sans le vouloir cause commune contre le rapprochement de leurs pays.

Thomas Desai

Publicités