« Balkan Trafik » – un vrai trafic culturel

Le Festival « Balkan Trafik » fait bouger depuis 7 ans le public bruxellois au son des rythmes balkaniques. Cette année, environ 200 artistes venus du sud-est de l’Europe vont présenter des œuvres cinématographiques et donner des concerts exceptionnels pour le plus grand plaisir des adeptes de la musique balkanique.

Cette année et pour 7ème fois depuis la création du festival, le public bruxellois peut profiter du 17 au 21 avril d’un véritable spectacle interculturel avec tapis rouge au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Au programme de ce Balkan Trafik 2013, la participation très attendue du brillant chanteur et musicien Goran Bregović, ainsi que des formidables instrumentalistes turcs du Taxim Trio et la formation Aka Balkan Moon, vraie symbiose musicale entre des musiciens de jazz belges et bulgares, parmi lesquels le plus célèbre kavaliste bulgare, Nedyalko Nedyalkov.

La musique rom est également de la fête avec Amza et les New York Gypsy All Stars qui mélangent de façon extraordinaire, la musique traditionnelle balkanique, un rock puissant et le jazz américain. Le groupe a été fondé par le clarinettiste macédonien Ismail Lumanovski et le bassiste grec Panagiotis Andreou. Ils ont été rejoint ensuite par le turc Tamer Pnarbasi, jouant du Qanûn (cithare orientale), le percussionniste australien Engin Gunyadin et le claviériste américain Jason Lindner. Tous ensemble, ils créent un spectacle musical riche en couleurs et sons en provenance de tous les continents.

Lors du festival Balkan Trafic on peut écouter aussi du rock avec Jericho qui crée une fusion entre rock, alternative, électro et des sons traditionnels de la région du Kosovo et de l’Albanie du nord, La chanteuse albanaise Eda Zari et le bosniaque Dammir Imamovic sont également de la partie. Mais ce n’est pas tout. Le festival organise des ateliers et des workshops de danses folkloriques balkaniques, ainsi que des débats portant sur les thèmes de la culture balkanique au sein de l’UE. Le Balkan Trafic festival fera de nouveau honneur au cinéma de la région avec la projection de films tels que le film roumain Everybody in our Family de Radu Jude ou bien Circle du réalisateur serbe Srdan Golubovic et des films documentaires sur des artistes balkaniques parmi lesquels Balkan Mélodie de Stefan Swietert.

Philosophie : trafic de culture

Les organisateurs n’ont pas choisi le mot de Trafic par hasard. Très souvent la vision des Balkans passe par des clichés et des stéréotypes. La première association qu’on peut faire en parlant des Balkans et du trafic est bien celle du trafic d’armes. L’idée du festival est d’échapper à ces clichés et insiste sur le fait que les Balkans représentent surtout un trafic de cultures, de rythmes, d’expériences et d’émotions positives. Le son des fanfares et des accordéons créent une ambiance de fête à la balkanique, avec un degré élevé d’énergie positive et des sons qui font bouger le corps.

Histoire de poudre

Nicolas Wieërs est le fondateur de ce festival. En 2003, il voyage au Kosovo avec l’idée de réaliser un film documentaire. En visitant la région, dans un décor d’après guerre, il est étonné par les mentalités de la région, qui se caractérisent par une forte volonté de réussir, une ouverture vers les autres et une grande joie de vivre. Il est impressionné par l’optimisme des jeunes kosovars malgré les souvenirs récents de la guerre. Pendant son séjour dans les Balkans il se rend compte que cet énergie a cours non seulement au Kosovo mais dans la majorité des Balkans.
Wieërs comprend aussi l’importance de la musique traditionnelle.Il rentre en Belgique avec l’envie de
« transformer l’idée de poudrière des Balkans en poudrière culturelle » grâce à un projet culturel. C’est de cette façon qu’est née l’idée de ce festival musical, premier du genre organisé en Belgique.

Gergana Kiskinova

A lire aussi sur Café Balkans : Festival de Guča, avec tambours et trompettes