Festival de Guča : Avec tambour et trompettes

La ville de Guča, dans le sud-ouest de la Serbie, est la maison spirituelle de cette musique appelée « le Cuivre Balkanique ». Chaque début août, environ un million de visiteurs y écoutent les meilleurs orchestres de la région.

Au commencement du festival de Guča, en 1961, ce n’était qu’une assemblée de trompettistes motivés pour préserver les musiques locales et folkloriques dans la Yougoslavie de Tito. Depuis 52 ans, la petite association locale a prospéré. La ville dispose désormais d’un stade, d’infrastructures pour la population locale et d’une scène musicale très connue internationalement et toujours aussi forte.

En plus de réunir la crème de la crème des « trubaci », c’est son ambiance joyeuse et festive qui donne envie d’aller à Guča. Le weekend du festival, qui a toujours lieu pendant l’été sous une chaleur caniculaire, représente une chance pour les nombreux groupes, « les Orkestars », de se disputer le titre de Meilleur orchestre du pays. Presque tous sont issus de la minorité rom du pays et s’entraînent sans relâche toute l’année. Le titre se gagne dans la sueur, l’effort et le souffle. Plus important encore, c’est aussi une opportunité pour les orchestres de célébrer leurs traditions et de se réjouir ensemble de la renaissance de la popularité de ce genre iconique de la région.

Perpétuer la tradition

La dernière édition du festival, Guča 2012, a été fréquentée officiellement par 950 mille personnes, dont 50 000 étrangers. Les 900 000 Serbes qui se sont déplacés ont démontré par leur présence massive que le festival de Guča reste primordial dans la culture serbe.
Le cuivre balkanique est un style de musique rapide mais organique. Le rythme dansé des temps passés cadence encore un style inscrit dans l’ADN national des Serbes. Le plus grand rassemblement annuel n’est donc pas quelque chose de trivial ou d’anodin. Les artistes connus et inconnus y vont en espérant y puiser l’inspiration ou récolter la gloire. Des musiciens du monde entier font aussi le déplacement, notamment le groupe américain Beirut qui y a trouvé l’inspiration pour sa chanson Gulag Orkestar.

La ville de Guča est le centre névralgique où perdure cette tradition grâce aux talents des musiciens mais aussi grâce à un festival convivial et joyeux. Que la fête commence.

Thomas Desai

à lire aussi sur Café Balkans : Exit Festival – le Woodstock nouvelle génération (26/04/2012) et « Balkans Trafik » – véritable traffic culturel (17/04/2013)

Publicités