Elina Duni, la Billie Holiday albanaise

Née pendant l’Albanie communiste la jeune Elina a concocté en Suisse, où elle s’est installée à dix ans, un jazz moderne mâtiné de folklore balkanique. Accompagnée de son quartet, elle est l’une des les plus artistes prometteuses de sa génération.

C’est le pianiste du quartet, Colin Vallon, qui jeta l’idée de mêler folklore albanais et jazz. Pourtant dans chez les Duni, famille de dissidents et d’intellectuels friands de musique américaine, cette musique traditionnelle était méprisée, souvent associée à la propagande du Parti. Mais devant la richesse de ce folklore «archaïque, simple et profond à la fois», Elina succombe, et exhume des trésors musicaux grecs, bulgares, roumains. Avec Patrice Moret à la contrebasse et Norbert Pfammatter à la batterie, les deux acolytes forment l’Elina Duni Quartet, et sortent Baresha, en 2008, puis Lume Lume en 2010, tous les deux salués par la critique. Dans ces deux disques, chantés en bulgare, roumain, turc, rom, grec, albanais et anglais, la langue, loin d’être une barrière, est un instrument à part entière, avec son rythme et ses sons.

Un blues balkanique

« Monde, monde, ma soeur, quand j’en aurais marre de toi, qu’il n’y aura plus de pain et que l’alcool m’aura quitté, peut-être là je serai rassasié», chante-t-elle dans Lume Lume, chanson traditionnelle roumaine. Dans les volutes de piano on retrouve le relief des montagnes, dans la voix chaude et grave d’Elina la fierté des gens de là-bas. C’est une nouvelle géographie du jazz que la chanteuse de 26 ans explore. A la manière d’un fado portuguais ou d’un blues de Harlem, Elina Duni chante la difficulté de l’existence, qui a trouvé le même succès dans les salles allemandes, suisses et françaises qu’à Tirana ou Skopje. Récemment invitée par le pianiste français Alain Manoukian, Elina Duni s’envole désormais pour une carrière internationale.

Morceau traditionnel kosovar repris par Elina Duni Quartet


Morceau original interprété par Nexhimije Pagarusha, chanteuse kosovare


Hélène Legay