Balkans, les préjugés s’effritent

Guerre, sang, violence, banditisme, divisions…Au yeux du reste du monde, les Balkans ont la vie dure. Leur lourd passé fait peser une image extrêmement négative sur cette région d’Europe. Pourtant la réalité est en demi-teinte. Entre vrais et faux préjugés.

Une histoire tenace…

Depuis le schisme entre les Eglises d’Orient et d’Occident jusqu’à l’éclatement de la Yougoslavie, la région balkanique fut gangrenée par les conflits, les guerres, le banditisme. «Balkans », nom qui signifique «montagne » en Turc, évoque déjà un monde lointain, différent. L’étranger y voit un monde hostile, chaotique, rocailleux. Carrefour, entre est et ouest, orient et occident, cet étrange mélange donne l’impression d’être de partout et de nulle part à la fois. Dans un monde déchiré.

Longtemps oublié, le mot « Balkans » a resurgi avec d’autant plus de force au cours du vingtième siècles associé aux guerres balkaniques. Leur cruauté, violence et complexité ont suscité l’incompréhension, et donner naissance au terme « balkanisation », nouveau stigmate pour la région.

Des frontières difficiles

Sur les contours des Balkans, même les réponses divergent : les politologues y incluent la Roumanie, les géographes seulement une partie. Et si pendant trop longtemps, nombreux sont ceux qui avaient oublié que la Grèce est partie intégrante des Balkans, la crise actuelle semble avoir renouée celle-ci au destin balkanique. Si bien qu’aujourd’hui, on relève très peu de fierté de se revendiquer balkanique. Beaucoup d’entre eux se posent en sacrifiés vis-à-vis  d’une Europe ayant oublié l’essence occidentale de la région.  L’Occident kidnappé de l’écrivain Kundera semble avoir bien du mal à se définir.

Dépasser les stéréotypes

La longue construction historique des stéréotypes sur la région justifie de leur persistance. Mais aujourd’hui, plus de guerres, ni de sang. Des régions en pleine croissance, où les magnifiques littoraux croates ou albanais attirent un nombre croissant de touristes lassés par la bétonisation des côtés italiennes. Les perspectives d’adhésion de nombre de pays des Balkans à l’Union Européenne, dont prochainement la Croatie, pourrait donner une chance à la région d’être enfin vue  telle qu’elle est.

Anaïs Galdin

à lire aussi sur Café Balkans : Balkans : une région condamnée aux stéréotypes ? (22/02/2012)

Publicités